Le grand jour !

Aujourd’hui nous avons enfin planté notre maïs… tout d’abord de 13h à 15h puis de 17h à 19h ! Tout avait bien commencé jusqu’à ce qu’il se mette à pleuvoir des cordes, rendant ainsi notre travail plus compliqué.
Nous avons respecté notre protocole. Nous avons tiré des cordes afin de semer nos graines bien en ligne.
Nous avons également mis en place des filets de protection contre les oiseaux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Publicités

Protocole plus précis.

Nous nous sommes demandés si un champ peut en contaminer un autre. Nous avons donc décidé de semer du maïs dans notre lycée mais ce n’est pas si facile que ça en a l’air.

Il faut trouver du maïs jaune et du maïs blanc dont on est sûr qu’il est génétiquement homogène (vérifier mot). Notre limite est notre maïs blanc, nous avons 500 graines, le jaune est en quantité suffisante. Cette quantité semble suffisante pour réaliser une étude statistique, mais il n’en faut pas trop pour que l’on puisse récolter toutes les données : plus de 600 graines sont plantées.

Déterminer la distance entre chaque futur pied de mais (Avec nos calculs on a vu que 80 cm entre chaque graine étaient beaucoup trop et que 40 cm semblaient plus convenables mais le chercheur qui a accepté de nous aider nous a plutôt conseillé de les planter tous les 20 cm afin d’éviter le tallage.)

Nous avons laissé 80 cm entre chaque rangée afin de pouvoir biner et arroser.

En espaçant ainsi nos graines nous avions besoin d’environ 30 m, comme nous avons réduit l’espacement à 20 cm, nous avons diminué notre zone d’ensemencement par 2. Mais le travail était fait.

champ départV2

Protocole champ de maïs

Le vecteur de pollinisation du maïs est le vent. On parle de pollinisation anémophile.

N’ayant pas la place d’entourer notre émetteur par des récepteurs, nous avons orienté notre champ des émetteurs vers les récepteurs suivant le vent dominant : Sud Ouest vers Nord Est.
Comme nous avions la possibilité de mettre des récepteurs à gauche de l’émetteur, nous l’avons fait.
Le champ est composé de 8 rangées espacées de 80 cm du Sud vers le Nord.
Les graines sont semées tout les 20 cm.
Diapositive1
Nous avons laissé 2 mètres entre le champ de gauche et celui de droite afin de pouvoir travailler sans être à l’étroit.
De même les 80 cm entre chaque rangée nous permettront de biner et d’arroser.

Les graines doivent être enfoncé dans la terre de 2 fois leur taille.

Petite explication : Le jeu des allèles

C’est grâce à la génétique du maïs que nous avons pu faire cette expérience.

Nous avons réalisé une expérience impliquant les allèles du gène qui caractérise la couleur du fruit. Une partie de nos graines allait produire un maïs blanc tandis que l’autre partie produirait un maïs jaune. L’allèle codant pour le maïs jaune est dominant et toutes les graines sont de lignées pures c’est à dire homozygotes pour le gène considéré.

En sachant que la fécondation des fleurs du maïs a lieu majoritairement avec des gamètes mâles et femelles ne provenant pas du même pied, deux choix sont alors possibles :

– Soit le maïs reste homozygote blanc ou jaune
– Soit les gamètes mâles et femelles n’ont pas le même allèle, c’est alors l’allèle dominant qui s’exprime : le jaune.

Si un maïs blanc est fécondé par les gamètes d’un maïs jaune alors les grains de la plante mère seront jaunes. On verra donc directement la contamination.

 clara1

Projet : description.

Cette année, nous avons décidé de travailler sur les OGM. Ne pouvant pas planter d’OGM nous travaillerons sur la contamination d’un champ par un autre.

Pour cela, nous allons planter du maïs dans le parc de notre lycée. Il nous faut donc choisir combien en planter et l’espace entre chaque pied. Nous avons d’abord fait des calculs pour savoir, par rapport à la taille du terrain, de combien espacer chaque plan de maïs pour avoir assez de graines ( l’INRA nous a donné des graines de maïs jaune et blanc) et qu’elles soient réparties de manière uniforme. Avec nos calculs on a vu que 80 cm entre chaque graine étaient beaucoup trop et que 40 cm semblaient plus convenables mais le chercheur qui a accepté de nous aider nous a plutôt conseillé de les planter tous les 20 cm.

Les maïs jaunes et blancs diffèrent au niveau d’un gène. Le jaune est dominant sur le blanc.
Il jouera le rôle de contaminant.

La contamination aura lieu si on trouve des grains jaunes dans le maïs blanc.