Questionnaire : réponses étudiants

Il faut savoir qu’on ne peut hiérarchiser la préférence des réponses seulement si les intervalles ne se chevauchent pas.

Nous pouvons supposer que ces réponses proviennent de trois établissements différents puisque nous avons veillé à envoyer nos questionnaires à des moments différents et nous avons obtenu des réponses par paquets. Cependant nous ignorons la proportion des élèves de chacun de ces établissements. Sur les 460 réponses nous en avons 386 qui correspondent à des réponses d’élèves de 15 à 22 ans. Les autres réponses correspondent à des élèves qui ont mis n’importe quoi ou à des réponses de personnes plus âgées.

Voici nos résultats :

Question 2 : A votre avis a quoi servent les OGM ?

A éviter les maladies des cultures :[0,45;0,63]

A augmenter les rendements agricoles : [0,78;0,92]

A gagner plus d’argent : [0,42;0,56]

A réduire l’usage des pesticide et/ou engrais : [0,29;0,43]

On observe qu’il y a une nette préférence pour la proposition « rendements agricoles » car son intervalle n’a d’intersection avec aucun autre.En revanche, on ne peut pas déterminer une préférence entre les réponses « maladies des cultures », « gagner plus d’argent » et « réduire l’usage des pesticides/engrais » puisque les intervalles de confiance entre « maladies des cultures » et « gagner plus d’argent » se chevauchent tout comme ceux de « gagner plus d’argent » et « réduire l’usage des pesticides/engrais ».

Question 4 : L’union européenne autorise la culture des OGM mais une directive nationale les interdit en France, selon vous pourquoi ?

Car les gens ont peur : [0,18;0,32]

Car personne ne connaît les répercussions : [0,48;0,62]

Car c’est un choix politique : [0,11;0,24]

Car les effets sont néfastes : [0,42;0,56]

Quant aux résultats de cette question on remarque que les réponses « personne ne connaît les répercussions » et « les effets sont néfastes » ont les fréquences les plus importantes. Néanmoins, le fait que leur deux intervalles de confiance se chevauchent ne permet pas de déterminer la préférence de l’une par rapport a l’autre. Le même phénomène se produit si on s’interesse aux deux autres propositions : « les gens ont peur » et « c’est un choix politique » dont les intervalles se chevauchent également.

Ensuite, nous nous sommes demandés si les résultats changeraient si on séparait les réponses des femmes et celles des hommes.

Panel

Un panel est un échantillon de personnes, théoriquement représentatif d’un certain type de population qui est interrogé sur leur opinion sur un sujet. Ici, il s’agit des OGM. Au moment où nous avons décidé de faire un questionnaire nous avons choisi d’interroger les jeunes. Tout d’abord parce que la jeunesse représente l’avenir d’une société, il nous semble donc pertinent de se rendre compte de sa perception de l’OGM. Nous avons également fait ce choix là car, faisant partie d’un lycée il était bien plus simple de faire parvenir le questionnaire aux autres élèves. De plus, dans notre lycée on trouve des filières générales, technologiques et professionnelles. Nous avons tout de même envoyé notre questionnaire dans d’autres établissements, seulement deux nous ont répondu. Cependant, nous avons tout de même conscience que ces choix concernant notre panel ne nous permettent pas de toucher toute la population puisque nous avons exclu les jeunes déscolarisés, les personnes vivant dans des régions reculées et bien entendu les adultes.

Pour comprendre de qui nous venaient les réponses à notre questionnaire nous nous sommes penchés sur la proportion d’élèves de chaque filière de lycée en France grâce a un document trouvé sur le site de l’éducation nationale en supposant que nous avons une proportion quasi identique au niveau de nos réponses.

Cependant la proportion d’élèves de lycée professionnel reste très faible puisque très peu nous ont répondu.

Nous avons fait le choix d’envoyer notre questionnaire à chaque lycée à des moments différents. Ainsi, nous avons obtenu des réponses par blocs (100 réponses en 4h) ce qui nous a permis de savoir qui nous a répondu.

Questionnaire(2)

Maintenant que nous avons des résultats, nous allons pouvoir indiquer nos résultats sous forme d’intervalle de confiance à 95%

Qu’est ce qu’un intervalle de confiance ?

Nous avons interrogé des personnes. Nous obtenons un type de réponse avec une fréquence f dans un échantillon de taille n. L’échantillon de taille n est l’ensemble des personnes que nous avons interrogé. Environ 400 en France à l’heure actuelle et 200 si on ne s’intéresse qu’aux garçons ou aux filles.

On veut estimer une proportion p dans la population totale (les élèves français)

Si n ≥ 30 ; nf ≥ 5 et n(1-f) ≥5 alors l’intervalle de confiance de p au niveau de 95 % est :

[ f – 1/racine(n); f + 1/racine(n) ]

Questionnaire sur les OGM (1)

Le public interrogé provient de 3 établissements très différents afin d’avoir un panel varié. Cependant nous ignorons la proportion des élèves de chacun de ses établissements. Sur les 460 réponses nous en avons 386 qui correspondent à des réponses d’élèves de 15 à 22 ans. Les autres réponses correspondent à des élèves qui ont mis n’importe quoi ou à des réponses de personnes plus âgées.

Question 1 : Près de 95% des personnes interrogées savent ce qu’est un OGM.

Question 2 : A quoi servent les OGM Il s’agit d’une réponse à choix multiple fermé avec une dernière réponse ouverte : autre. Cela rend les résultats interprétables, les réponses sont trop variées.

329 personnes répondent « A augmenter les rendements agricoles »

215 personnes répondent « A éviter les maladies » 190 personnes répondent « A gagner plus d’argent »

139 personnes répondent « À réduire l’usage des pesticides et/ou des engrais »

La question ouverte a eu un effet non prévu, mais utile, elle nous a permis de détecter les trolls 🙂

Questionnaire : Après la mise en ligne

Après notre long travail de recherche et de mise en forme de notre QCM nous l’avons enfin mis en ligne ! A l’aide de Google form. Cependant, nous nous sommes vite rendu compte que bien qu’il ait nécessité beaucoup de temps, d’investissement et de travail, il y reste encore malheureusement de nombreuses erreurs ! Par exemple, nous avons choisi de demander a la personne répondant au QCM de donner son âge mais, nous avons omis de préciser que nous désirions qu’elle donne simplement le nombre et qu’elle ne précise pas « ans ». C’est problématique car étant donné que nous traitons nos résultats via un tableur ils ne sont pas classés au même dans la même colonne bien qu’il comporte la même information (en effet, si une personne a écrit qu’elle était âgée de « 17 ans » et qu’une autre s’est contentée d’écrire « 17 » les données ne sont pas au même endroit ! ) ; pour remédier a cela nous allons devoir préciser au logiciel que nous voulons qu’il transforme la donnée pour qu’elle soit identique ! Nous avons rencontré le même problème lorsqu’une personne a écrit le nom du pays où elle réside en majuscule et une autre en minuscule. De plus, il est fort probable que certaines réponses soit mise aux hasards et soit donc inexploitables. Nous avons également quelques personnes qui n’ont pas répondus a la totalité des questions. Tout ceci montre bien que malgré nos efforts notre travail est bien loin de la perfection !

Questionnaire : création (2)

Pour obtenir des réponses les plus exploitables possibles il était important de formuler les questions de la façon la plus claire pour éviter toute ambiguïté. Pour y parvenir, nous avons fait lire les questions a de nombreuses personnes même extérieures à l’Atelier dans le but d’avoir un regard, neuf et objectif, de personnes rarement renseignées sur le sujet. Après avoir choisi la formulation définitive de nos questions il a fallu que nous déterminions les choix multiples pour que le questionnaire devienne un QCM. Toujours dans le but d’obtenir des réponses exploitables nous avons une fois de plus profité de notre venu a L’institut Henri Poincaré pour l’étalonner, nous avons demandé aux gens venant nous voir et que nous avons rencontré sur d’autres stand de répondre a nos questions, puis, nous avons repris leurs réponses pour établir les réponses du QCM dont la mise en forme nous a aussi pris du temps pour les mêmes raisons que les questions. Une fois sa conception et sa mise en page terminée nous l’avons mis en ligne pour obtenir les réponses tant convoitées !

Questionnaire : la création (1)

Pour mettre au point le QCM nous avons commencé par nous renseigner sur les OGM, leur législation en Europe et plus particulièrement en France, nous avons découverts que bien qu’ils soient autorisées en Europe ils étaient interdits en France, ce qui nous a paru intéressant pour notre QCM. Pour pouvoir l ‘élaborer le nombre de questions idéales nous semblait fondamental. En Effet, nous nous sommes dit que si les questions étaient trop nombreuses personne n’accepterait d’y réponde en raison du temps à y consacrer. Nous avons profité de notre sortie à L’institut Henri Poincaré de Paris pour tester notre betta-questionnaire. Nous avons constaté qu’au delà de cinq questions peu de personnes prenaient le temps d’y répondre comme nous l’avions précédemment supposé. Ce nombre et les recherches que nous avions effectuées au préalable nous ont permis de déterminer rapidement les questions que nous voulions poser, en revanche, les formuler de la bonne façon fut plus complexe.

Questionnaire : Comment l’idée est venue

Nous avons voulu étudier les OGM en faisant un questionnaire pour étudier la peur, la connaissance des autres personnes et voir si elles ont le même point de vu que nous en ce qui concerne les OGM. Nous avions d’abord envisagé d’envoyer le QCM dans notre lycée uniquement, mais peu après nous nous sommes dits qu’ayant la possibilité, grâce a la gentillesse de certains professeurs de l’établissement organisant des échanges scolaires de l’envoyer à l’étranger (États-Unis, Espagne) il serait dommage de ne pas exploiter cette possibilité. Ceci nous a donc donner l’idée de le partager dans d’autres pays du monde grâce a des contacts personnels que nous avons. Cependant, en utilisant ces moyens pour faire circuler notre QCM nous avons réalisés que le panel qui répondrait a nos questions serait presque entièrement composé d’adolescent, nous cherchons donc des moyens de le faire parvenir a des personne plus âgées avec donc d’autre point de vue.