La récolte.

Nous sommes allés au champs pour récolter nos épis de maïs : nous n’avons récolté que les épis blancs. Nous avons récolté pied par pied, compté le nombre de grains jaunes que comportaient les épis blancs contaminés et rangé chaque épis dans un sachet numéroté. Nous avons pris des photos dont celle-ci !
Il faut maintenant analyser les données.

Publicités

Récolte : description plus précise.

  • chaque pied de maïs est repéré : A, B, C, D, E pour les rangées de gauche et F, G, H, I, J pour les rangées de droites. Chaque rangée est numérotée en partant de 1 à gauche de la rangée (A1, A2, B1, B2, …)
  • on prend sur un pied de maïs blanc un épi (2 si le deuxième a des grains)
  • on compte le nombre de grains jaunes qu’il y a dans l’épi blanc
  • on range l’épi dans un sac en papier
  • on inscrit sur le sac le nom du pied sur lequel on a pris l’épi et le nombre de grains jaunes
  • on répète l’opération jusqu’à qu’il n’y ait plus d’épis sur les plants issus d’une graine blanche

Questionnaire : Comment l’idée est venue

Nous avons voulu étudier les OGM en faisant un questionnaire pour étudier la peur, la connaissance des autres personnes et voir si elles ont le même point de vu que nous en ce qui concerne les OGM. Nous avions d’abord envisagé d’envoyer le QCM dans notre lycée uniquement, mais peu après nous nous sommes dits qu’ayant la possibilité, grâce a la gentillesse de certains professeurs de l’établissement organisant des échanges scolaires de l’envoyer à l’étranger (États-Unis, Espagne) il serait dommage de ne pas exploiter cette possibilité. Ceci nous a donc donner l’idée de le partager dans d’autres pays du monde grâce a des contacts personnels que nous avons. Cependant, en utilisant ces moyens pour faire circuler notre QCM nous avons réalisés que le panel qui répondrait a nos questions serait presque entièrement composé d’adolescent, nous cherchons donc des moyens de le faire parvenir a des personne plus âgées avec donc d’autre point de vue.

Expérience craie : Bilan

Nous avons constaté que plus on s’éloigne de la source, moins il y’a de craie.

Cependant, nous ne pouvons évaluer la quantité, il faudrait la peser. Or cette quantité est trop difficile à ramasser et à peser.

Il nous faut un autre élément pour remplacer le pollen.

Nous avons pensé aux billes de polystyrène et à la semoule. La farine aurait été très salissante et aussi difficile à quantifier que la craie.

Sortie à l’IHP

Nous avons eu la chance d’être invités a présenter notre atelier scientifique a l’Institut Henri Poincaré de Paris a l’occasion de la fête de la science ! Grâce a cette présentation nous avons pu nous entraîner a présenter notre travail a l’oral, nous avons également vu en quoi nous pourrions progresser pour pour nos prochaines sorties. Il nous faut améliorer la présentation de notre travail et mieux argumenter certains points. Par exemple l’ordre des formules.
Ce fut une très belle et enrichissante journée.

Expérience de la craie (3)

Nous utilisons désormais un vent de 7 m/s.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Sur la droite notre détecteur de « pollen ». Un appareil qui tourne de 12° à chaque fois que l’on envoie une impulsion électrique.
Le détecteur devait nous permettre de savoir à quelle date le pollen était émis. Il n’a pu être prêt à temps. Nous en profitons pour le tester. Il pourra toujours resservir à d’autres projets.
Voici ce que nous observons après 3 essais.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Du rouge, du bleu et du rouge.
L’appareil fonctionne bien.

Nous constatons aussi que plus on s’éloigne de la zone où était posée la craie, moins il y a de craie. Comment modéliser cela ?

Expérience de la craie (2)

Nous avons broyé de la craie de couleur.
Nous l’avons stockée dans un papier afin qu’elle ne soit pas humide.
L’expérience de la semaine dernière est recommencée dans les mêmes conditions, distance et vent.
Nous constatons que : lorsque les morceaux sont assez gros, ils volent, si on réduit la taille ils ne volent plus et si on les broie encore, ils volent mais on ne peut les suivre.
Conclusion : la semaine dernière la craie devaient être humide.
Nous pouvons faire voler nos grains de craie.

Expérience de la craie

Nous avons essayé de modéliser la trajectoire d’un grain de pollen. Afin de ne pas gaspiller notre or, nous avons utilisé de la poussière de craie. On a placé un ventilateur (avec une vitesse de 3m/s), notre craie et le détecteur de pollen à chacun 1m d’intervalle, la craie n’a pas bougé de la feuille. Nous avons rapproché les objets, mais ça n’a malheureusement pas fonctionné non plus. Nous supposons que, soit la poussière était trop lourde, soit trop humide ou encore que le ventilateur n’était pas assez puissant.