Questionnaire

LA barre des 400 votants au questionnaire est dépassée.
Les analyses commencent.
Premières difficultés : certains ont écrit 17, d’autres 17 ans, 17ans. Ce qui est interprété comme autant de réponses différentes.

Publicités

Premières modélisations (1)

Nous essayons de modéliser le trajet d’un grain de pollen. La vitesse atteinte par le grain de pollen étant faible, on néglige les frottements de l’air ainsi que la poussée d’Archimède. A l’aide de la deuxième loi de Newton, dans le référentiel terrestre supposé galiléen, on peut établir les équations horaires du mouvement de la balle ainsi que l’équation de sa trajectoire dans le repère (O, x, y). Nous avons juste une vitesse initiale et la gravité. La second loi de Newton : somme des forces extérieures = ma

trajectoire sans frottement

La trajectoire est une parabole, mais le fait de ne pas tenir compte de la trainée et de la portance, est sûrement trop simpliste.

Questionnaire : création (2)

Pour obtenir des réponses les plus exploitables possibles il était important de formuler les questions de la façon la plus claire pour éviter toute ambiguïté. Pour y parvenir, nous avons fait lire les questions a de nombreuses personnes même extérieures à l’Atelier dans le but d’avoir un regard, neuf et objectif, de personnes rarement renseignées sur le sujet. Après avoir choisi la formulation définitive de nos questions il a fallu que nous déterminions les choix multiples pour que le questionnaire devienne un QCM. Toujours dans le but d’obtenir des réponses exploitables nous avons une fois de plus profité de notre venu a L’institut Henri Poincaré pour l’étalonner, nous avons demandé aux gens venant nous voir et que nous avons rencontré sur d’autres stand de répondre a nos questions, puis, nous avons repris leurs réponses pour établir les réponses du QCM dont la mise en forme nous a aussi pris du temps pour les mêmes raisons que les questions. Une fois sa conception et sa mise en page terminée nous l’avons mis en ligne pour obtenir les réponses tant convoitées !

Questionnaire : la création (1)

Pour mettre au point le QCM nous avons commencé par nous renseigner sur les OGM, leur législation en Europe et plus particulièrement en France, nous avons découverts que bien qu’ils soient autorisées en Europe ils étaient interdits en France, ce qui nous a paru intéressant pour notre QCM. Pour pouvoir l ‘élaborer le nombre de questions idéales nous semblait fondamental. En Effet, nous nous sommes dit que si les questions étaient trop nombreuses personne n’accepterait d’y réponde en raison du temps à y consacrer. Nous avons profité de notre sortie à L’institut Henri Poincaré de Paris pour tester notre betta-questionnaire. Nous avons constaté qu’au delà de cinq questions peu de personnes prenaient le temps d’y répondre comme nous l’avions précédemment supposé. Ce nombre et les recherches que nous avions effectuées au préalable nous ont permis de déterminer rapidement les questions que nous voulions poser, en revanche, les formuler de la bonne façon fut plus complexe.

Conférence de Frédérique (2) : « contagion »

Elle nous a aussi expliqué que concernant la « contagion » d’un maïs à un celui d’un autre champ, le risque 0 est impossible ou très difficilement atteignable (du fait de la météo : en effet un vent fort peut porter un grain de pollen très loin), ce qui constitue une des raisons pour lesquelles les OGM sont interdits en France.

Concernant le climat le plus propice au maïs, elle nous a expliqué que le maïs est une plante tropicale qui avait besoin de beaucoup d’eau ainsi que de chaleur. L’intensité d’ensoleillement lui parait moins primordial pour la bonne pousse du maïs mais la durée d’ensoleillement peut être un facteur plus important (variation de la durée du jour selon les saisons).

Elle nous aussi parlé du continuum sol plant atmosphère, qui est un modèle qui explique les échanges d’énergie entre la plante est son environnement. Par exemple, du point de vue des transferts hydriques d’une plante ce continuum s’applique : L’eau venant du sol est absorbée au niveau des racines et elle transite par la plante avant de rejoindre l’atmosphère en sortant par les stomates des feuilles.

Conférence de Frédérique (1)

La conférence de Frédérique Angevin nous a beaucoup aidés :

Elle nous a informé sur le maïs que nous avons utilisé : le blanc est plutôt cultivé dans le sud ouest de la France et est donné aux oies pour faire du fois gras, tandis que le jaune est utilisé dans l’alimentation du bétail ou pour faire de la polenta. Elle a répondu à nos questions sur les soies qui devenaient noires au bout d’un certain temps et nous a expliqué que ce changement de couleur était dû à leur dessèchement.

Elle a répondu à nos questions sur les OGM.

Le principal avantage des OGM est que le temps pour nécessaire pour en créer un est très rapide comparé à la création d’une mutation de façon naturelle (il faut 10 ans pour faire apparaître et fixer une mutation naturelle chez le blé ou le maïs ). Aujourd’hui les OGM sont interdits en France sauf pour les besoins médicaux. Cependant dans d’autres pays la législation est différente comme au États Unis. Les principaux OGM créés chez le maïs ont comme qualité de lui permettre de résister aux insectes ravageurs (comme la Pyrale).